You are currently viewing Offre d’achat par mail : est-ce vraiment possible ?

Offre d’achat par mail : est-ce vraiment possible ?

  • Post published:octobre 28, 2021
  • Post category:Acheter

Pour manifester votre intention d’acheter un bien qui vous intéresse, plusieurs alternatives s’offrent à vous. L’une d’elles est celle qui consiste à faire une offre d’achat. Ladite offre peut se faire sous diverses formes.

La plus pratique est sans doute celle qui se fait par voie électronique. Cette dernière a la particularité de présenter plusieurs avantages. Toutefois, elle doit respecter certains principes. Voici comment faire une offre d’achat par e-mail.

Que faut-il savoir sur l’offre d’achat par e-mail ?

L’offre d’achat par e-mail est un acte engageant, tout autant que celle par courrier. Elle vous engage ainsi à acheter le bien au prix mentionné dès lors que l’offre est acceptée par le vendeur.

C’est la raison pour laquelle vous devez toujours vous assurer de disposer du prix que vous indiquerez dans votre offre d’achat. Toutefois, sachez que vous aurez toujours la possibilité de vous rétracter si vous avez des doutes quant à la qualité du bien.

Ainsi, avant de conclure l’achat de votre bien, nous avons conseillons de bien vérifier le bien et son environnement. Il est d’ailleurs conseillé de faire appel à un spécialiste afin que celui-ci fasse un diagnostic complet du bien. Ce n’est qu’après cette action que vous pourrez faire une offre d’achat en veillant à indiquer certains éléments indispensables.

Quels sont les éléments à mettre obligatoirement dans une offre d’achat par e-mail ?

Lorsque vous faites une offre d’achat par e-mail, certains éléments doivent obligatoirement figurer dans votre courrier électronique. Parmi ces éléments, il y a d’abord la localisation ou l’adresse du bien qui fait l’objet de l’offre. Celui-ci doit aussi être précisément désigné. Cela revient à indiquer sa superficie, le nombre de pièces qu’il comporte et ses annexes entre autres.

Dans votre offre d’achat par mail, vous devez aussi décliner votre identité et la durée de validité de votre offre d’achat. Cette durée est généralement comprise entre une semaine et deux. Le vendeur mettra à profit ce temps pour réfléchir à votre offre afin de lui donner la suite adéquate.

La réponse du vendeur à l’offre d’achat par e-mail

Lorsque le vendeur du bien reçoit votre offre d’achat par e-mail, il dispose de trois options pour donner suite à votre offre. Dans un premier temps, il peut accepter votre proposition sans la négocier. C’est le cas le plus simple. Lorsque celui-ci se produit, il vous suffit d’entrer en contact avec le vendeur pour finaliser l’opération de vente.

Autrement, le vendeur peut vous faire une contre-proposition. Cette option sera envisageable si le vendeur décide d’entreprendre une démarche visant à faire des concessions sur le prix de vente du bien afin de trouver un prix qui arrangera les deux parties.

À défaut d’accepter l’offre de vente et de vous faire une contre-proposition, le vendeur peut tout simplement refuser votre offre d’achat. Il vous reviendra alors de reformuler une nouvelle offre en faisant une meilleure proposition, avec notamment un prix revu à la hausse.

Comment réagir face à une contre-proposition ?

La contre-proposition est la réponse la plus obtenue après la formulation d’une offre d’achat par e-mail. Elle donne au vendeur la possibilité de faire une proposition qui répond à la plupart de ses attentes. Cette contre-proposition annule l’offre d’achat que vous avez formulée initialement. C’est pourquoi lorsque vous en recevez une, nous vous proposons d’étudier calmement et d’analyser minutieusement ce que propose le vendeur.

À l’issue de cette étude, vous pourrez faire le choix d’accepter le prix exigé par le vendeur. Dans un autre cas, vous pouvez faire le choix de tenter une nouvelle négociation tout donnant des arguments pertinents pour la soutenir.

Sachez qu’à ce niveau de l’offre d’achat, aucune somme d’argent ne peut être exigée par le vendeur. Vous devrez simplement payer un séquestre après la signature du compromis de vente.