You are currently viewing Sous-location professionnelle, une alternative aux multiples atouts !

Sous-location professionnelle, une alternative aux multiples atouts !

On parle souvent de sous-location quand un locataire met en location son appartement dans différentes situations. Quels sont les avantages de ce principe ?

La crise du logement sévissant dans plusieurs villes de France explique la flambée du prix de l’immobilier et de la location immobilière. Pour faire face à cette situation, la tendance est de se tourner vers la solution de sous-location. Les particuliers voient autant que les professionnels l’intérêt de cette alternative.

Louer un appartement que l’on met ensuite en sous-location professionnelle s’avère en effet intéressant sur différents points. Cependant, il faut bien comprendre toutes les particularités de cette pratique pour mener à bien l’activité et gagner de l’argent.

Zoom sur la sous-location professionnelle

Avez-vous déjà entendu parler de la sous-location professionnelle sans réellement savoir de quoi s’agit-il ? En plein essor depuis quelques années, elle permet aux particuliers et aux professionnels de résoudre le problème d’habitation. Plus concrètement, ce type de sous-location permet au locataire de mettre en location un bien immobilier à son propre prix et sans contrainte.

Il s’agit d’une pratique autorisée par la loi française, voire encouragée même. Cependant, elle requiert nécessairement l’obéissance à certaines conditions, notamment l’accord du propriétaire. Pour faire simple, vous pouvez louer légalement votre appartement seulement si vous avez obtenu l’accord du propriétaire.

Par ailleurs, seul un professionnel de la location immobilière comme EasyLoc Immo, déclaré « agent immobilier », peut effectuer la sous-location professionnelle. Autrement, il va falloir rédiger un bail professionnel spécifique permettant de louer le bien à un prix plus élevé.

Lire aussi :  Qu'est-ce qui peut rendre un bail caduque ?

Des avantages non négligeables

La sous-location professionnelle connaît un vrai essor ces derniers temps pour la bonne raison qu’elle permet de gagner de l’argent dans l’immobilier sans être propriétaire.

À la différence de la sous-location classique qui vous offre la possibilité de louer le bien à un prix plus élevé comparé à celui que vous payez au propriétaire, cette pratique est un investissement à part entière qui ne demande pas un prêt bancaire élevé.

La seule condition est d’obtenir l’accord du propriétaire du bien immobilier et le tour est joué ! En plus de cela, la sous-location est un moyen de venir en aide à un locataire ayant un revenu modeste pour lui permettre de payer moins cher pour le loyer. Du côté loueur, l’option est suffisamment rentable.

Quelques règles à respecter

La sous-location est un principe fermement interdit par l’article 8 de la loi de juillet 1989, mais ce n’est plus le cas à l’heure actuelle. Effectivement, elle est autorisée désormais à la suite d’un accord manuscrit réalisé par le bailleur propriétaire du bien. La condition sine qua non de cette pratique stipule néanmoins que le montant du loyer proposé ne doit pas dépasser le montant du loyer initial. Quant au propriétaire, il est tout à fait libre d’accepter ou non cette demande.

On peut dire alors que l’idée n’étant pas de s’enrichir à ses dépens, mais plutôt de proposer un hébergement temporaire. Il y a aussi des lois qui encadrent cette pratique, comme le cas de la loi Alur notamment. Depuis l’adoption de cette dernière, le locataire est dans l’obligation de fournir à son sous-locataire l’autorisation du propriétaire, accompagnée d’une copie du bail.

Lire aussi :  Qu'est-ce que sont les honoraires à la charge du locataire ?

Il est bon de préciser en tout cas que les logements conventionnés, dits également « en loi 48 » ne sont pas concernés par cette règle.

Tout compte fait, la sous-location professionnelle est une solution intéressante, mais il importe de s’être bien renseigné avant de s’y lancer en étant conforme aux réglementations en vigueur.