You are currently viewing A quelle heure peut-on tondre sa pelouse ?

A quelle heure peut-on tondre sa pelouse ?

  • Post category:Louer
  • Dernière modification de la publication :juin 12, 2024

Y a-t-il une limite de temps pour la tonte de la pelouse et quelles sont les règles ? Parce qu’elle peut perturber la paix et la tranquillité du voisinage, cette activité est soumise aux différentes règles de chaque municipalité.

Si les règles ne sont pas respectées et qu’aucune solution à l’amiable ne peut être trouvée, les voisins en colère peuvent intenter une action en justice pour punir le jardinier en cas de tapage diurne.

Heures de tonte de pelouse

Le bruit de la tondeuse peut rapidement devenir un cauchemar. Si la pelouse est tondue trop tôt le matin ou trop tard le soir, cela peut perturber la paix et la santé des voisins.

L’ordonnance du 31 août 2006 a été adoptée pour mettre fin à cette nuisance. Selon l’ordonnance, les articles R1334-31 et suivants du code de la santé publique interdisent de troubler la tranquillité du voisinage ou la santé des personnes par des bruits répétés, intenses ou prolongés. Cela s’applique indépendamment du fait que le bruit se produise dans un lieu public ou privé. Si ces perturbations se produisent pendant la journée, elles sont classées comme des troubles spécifiques du voisinage, et entre 22 heures et 7 heures du matin, elles sont classées comme des troubles de la nuit.

a quelle heure tondre sa pelouse

Cela s’applique non seulement aux tondeuses à gazon mais aussi à toutes les activités bruyantes de jardinage et de bricolage. Les équipements concernés sont les tondeuses à gazon, les tracteurs de pelouse et les tondeuses robotisées, ainsi que les tronçonneuses, les perceuses, les raboteuses, les scies à chaîne, etc. De plus, la réponse du ministère datée du 9 février 2016 indique que les tondeuses doivent respecter la réglementation sur les émissions sonores.

Heure de tonte de pelouse et nuisances sonores : que dit la loi ?

L’article R. 1334-31 du Code de la santé publique dispose que le propriétaire ou l’occupant des locaux à usage d’habitation ou leurs représentants ne doivent pas laisser les bruits suivants dépasser les limites fixées par la réglementation :

  • Les bruits de voisinage (tondeuses à gazon, tronçonneuses) ;
  • Les bruits d’activités professionnelles, sportives, culturelles ou de loisirs ;
  • Les bruits provenant des infrastructures de transport et des véhicules qui y circulent ;
  •  Les bruits provenant des chantiers.

La réglementation sur les nuisances sonores est définie par le décret n° 95-408 du 18 avril 1995 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage. Ce texte impose des prescriptions en matière d’horaires, d’environnement et de comportement aux activités bruyantes. Il fixe également la liste des sanctions pénales prévues en cas de non-respect de ces règles.

Les règlements de voisinage qui s’appliquent aux tondeuses à gazon

Les maires ont le pouvoir de fixer des limites de temps pour la tonte des pelouses par ordonnance municipale ou provinciale. La réglementation peut varier d’une commune à l’autre, notamment en ce qui concerne les dimanches et les jours fériés. Il est donc dans l’intérêt de chacun d’être proactif et d’informer l’autorité municipale avant de faucher.

Toutefois, en règle générale, les périodes de tonte suivantes s’appliquent

  • Jours ouvrables : du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h00 et de 14h00 à 19h30.
  • Samedi : de 9h00 à 12h00 et de 15h00 à 19h00.
  • Dimanche : de 10h00 à 12h00 (dans certaines villes de 16h00 à 18h00).
  • Jours fériés : uniquement de 10h00 à 12h00.

Tonte des pelouses : sanctions en cas de non-conformité

Si les délais fixés dans les statuts ne sont pas respectés, il faut encourager le dialogue. Si le voisin fautif continue à faire la sourde oreille et ne respecte pas le calendrier légal de tonte de la pelouse et d’entretien du jardin, vous devez lui envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception.

Il convient de noter que le délai pour tondre la pelouse peut également être fixé par écrit dans le cadre d’une médiation ou par un arbitre nommé par le tribunal. Il s’agit d’une solution pour trouver un accord satisfaisant entre voisins.

tonte de pelouse

Si le bruit persiste et que les délais légaux de coupe ne sont pas respectés, le voisin mécontent peut en informer la municipalité (ou le gestionnaire immobilier, selon le cas). Cette dernière est alors habilitée à faire appliquer les règlements en vigueur. Les infractions sont constatées par la désignation d’un jury, puis les voisins sont sanctionnés pour le bruit. Le voisin fautif se voit infliger une amende fixe de 68 € (ou 180 € si elle est payée après 45 jours). Si ces mesures ne fonctionnent pas, une action pénale ou civile peut être engagée en dernier recours.

Les frais de justice

Il est à noter que les frais de justice sont à la charge du voisin qui n’a pas pris les mesures nécessaires concernant les nuisances sonores liées à la tonte de pelouse. En cas d’échec des tentatives pour régler le différend par le dialogue, il existe d’autres solutions. Par exemple, l’intervention de médiateurs, qui peut être demandée par l’une ou l’autre partie. Il est possible de recourir à cette procédure si le bruit ne constitue pas une infraction au règlement local et que la partie lésée est prête à s’en remettre au médiateur.

La médiation

Il s’agit d’une solution amiable pour régler les conflits entre voisins. Les parties doivent être en accord sur l’objet de la médiation, sur ses modalités et son coût. Si le conflit persiste après le premier entretien de médiation, un procès-verbal sera établi et une audience sera tenue devant le tribunal de grande instance.

La procédure judiciaire

Si les tentatives pour régler le conflit à l’amiable n’ont pas abouti, la victime de troubles peut saisir un juge pour faire constater et sanctionner le trouble anormal de voisinage. Elle peut aussi demander une indemnisation des préjudices subis (frais médicaux, perte de jouissance, frais d’hébergement…). Si les troubles persistent malgré cette procédure judiciaire, la victime a la possibilité de porter plainte auprès du procureur de la République.