You are currently viewing Les pièges à éviter lorsqu’on vend à un promoteur immobilier

Les pièges à éviter lorsqu’on vend à un promoteur immobilier

Vous possédez un terrain, une maison ou un entrepôt que vous aimeriez vendre à un promoteur. C’est une excellente idée ! Ce type de vente peut vous permettre de réaliser une importante plus-value. Êtes-vous prêt à éviter les pièges ?

Comment évaluer votre terrain pour le vendre à des promoteurs ?

Vous savez probablement que la vente de votre propriété peut être très rentable si vous lisez ces lignes. Le gain réalisé en vendant votre bien à un promoteur est généralement de l’ordre de 30 à 50%, par rapport à une vente entre particuliers. Ceci est très facile à expliquer. Le promoteur immobilier base la valeur de votre propriété sur le nouveau projet de construction qu’il peut réaliser sur votre terrain.

Il existe deux prix pour votre terrain :

  • Le prix de vente immédiat : C’est le prix auquel votre bien pourrait être vendu en l’état à un acheteur privé. C’est le prix du marché, mais il peut être légèrement négocié.
  • Le prix de construction potentiel: C’est le prix auquel vous pourriez vendre votre terrain à une société de promotion immobilière. Cette valeur est directement liée aux droits à construire attachés à votre parcelle. Elle est déterminée par le promoteur après étude des différents documents d’urbanisme (plan local d’urbanisme, carte communale, etc.). ).

L’emplacement du bien et la surface maximale constructible sont des facteurs essentiels pour déterminer le prix potentiel de construction. Il existe également d’autres contraintes telles que la qualité du sol, la disponibilité des places de stationnement et d’autres contraintes de construction. ).

Lire aussi :  Savoir si on a une hypothèque : comment faire ?

L’emplacement et les caractéristiques d’une propriété ou d’un terrain peuvent avoir un impact important sur le prix. Deux propriétaires de terrains situés dans la même commune peuvent recevoir des offres très différentes pour leur terrain.

Connaître le coût potentiel de construction de votre terrain est l’un des principaux pièges à éviter lorsque vous le vendez à un promoteur. Il est important de s’informer et de demander l’avis d’un professionnel.

Évitez les pièges de la négociation

Connaître la valeur de promotion de votre propriété peut ne pas être suffisant. Les promoteurs immobiliers sont des experts en négociation. Le compte à rebours est un compte financier qu’ils utilisent pour fonder leurs décisions. Ce bilan comprend toutes les dépenses comme le prix du chantier et le montant de la viabilisation. Pour déterminer la valeur d’achat du terrain, il faut soustraire le chiffre d’affaires estimé de l’activité immobilière.

Les particuliers ne sont pas toujours en mesure de comprendre les détails de la négociation concernant le prix de vente de leur bien.

Il est également important de prêter attention aux conditions suspensives, qui seront sans doute ajoutées à votre promesse. Ces conditions détermineront vos obligations envers le promoteur immobilier. Ce contrat peut être source de confusion et vous devez être conscient des points importants.

La vente est faite. Vous devez négocier un retour à meilleure fortune. Le propriétaire peut être financièrement intéressé par les résultats positifs de la promotion.

Après plusieurs mois, la vente est résiliée. Vous devez avoir rédigé les conditions de versement d’une indemnité compensatoire, qui est généralement de 5 à 10% du montant de la vente. Si le projet est abandonné, le propriétaire se retrouvera avec son bien et devra tout recommencer.

Lire aussi :  Acte de propriété : quel est le prix d'une copie ?

Attention aux délais de prescription

Enfin, nous voulons aborder le délai de vente aux promoteurs. Il s’écoule en moyenne 18 mois entre la signature d’une promesse de vente et la signature de l’acte de vente.

Le permis de construire est l’étape la plus longue, et elle est sans appel. La ville lance les études architecturales après que le vendeur et le promoteur aient signé une promesse unilatérale de vente. En général, le promoteur dépose sa demande de permis de construire à la mairie au bout de trois mois.

Les riverains ont alors deux mois pour s’opposer au projet de construction. La promotion immobilière n’est pas toujours vue d’un bon œil par le voisinage. Des recours peuvent être déposés auprès du maire ou directement auprès du tribunal. Ces délais peuvent être beaucoup plus longs. L’administration dispose de trois mois pour l’étude et l’opposition au projet.

Il est donc judicieux de s’adresser à des agents immobiliers qui peuvent vous aider à construire un projet répondant aux attentes de votre ville. Ils savent également comment résoudre les conflits potentiels avec les riverains.